Création de site Internet : avant de choisir votre agence web…

7 points des contrôle pour bien choisir son agence web

Choisir le bon prestataire internet est une des conditions de votre réussite sur la toile.

Comment choisir le meilleur prestataire internet quand on n’est pas de la partie ? la boite de.com vous donne les règles d’or pour choisir le meilleur prestataire de création de site Internet, en fonction de 7 points fondamentaux ! Et oui,  certaines agences Internet ne vous disent pas tout et notre petit billet va vous aider à lire entre les lignes des devis de création et de référencement de site internet, pour choisir votre agence web en connaissance de cause.

Ce ne sont là que quelques « points de contrôle », ou de « réflexion », mais ils conditionnent toute la relation que vous allez avoir avec votre prestataire Internet, une relation qui risque d’ailleurs de durer si vous ne prenez pas garde à certains points donnés ci-dessous !

Alors, avant de choisir, pensez à demander à chacun de répondre précisément à chacun des points évoqués ci-après, vous éviterez de cuisantes déconvenues à coup sûr !

  1. Propriété des noms de domaine

    Qui sera propriétaire des noms de domaine déposés ? Ça paraît évident, mais cela ne mange pas de pain de bien le valider.

    Certains prestataires déposent les noms de domaines de leurs clients à leur propre nom. En cas de litige, obligation de passer par le prestataire contractuel pour récupérer son domaine. Même si, aujourd’hui, vous obtenez gain de cause à 99% au tribunal de commerce, en attendant le jugement, pas de site internet…
    Utile de bien le vérifier, donc.
    Info : en vous rendant sur http://www.raynette.fr/services/whois, vous pouvez vérifier la propriété de votre domaine. Si ça n’est pas vous, demandez à votre prestataire de changer les infos de propriétés, c’est gratuit et il le fera avec plaisir s’il est de bonne foi.


  2. Propriété du site

    Attention ! La notion de propriété peut différer selon les prestataires

    Là encore, les choses semblent évidentes, mais posez simplement la question : « Est-ce que du jour au lendemain, je peux faire un ‘copier-coller’  fonctionnel du site et les transférer sur un autre hébergement de mon choix ? » Même si vous êtes « propriétaire » du site, beaucoup d’agences Internet s’opposeront à l’exploitation de votre site si c’est ailleurs que chez eux. Pas si évident que ça finalement…


  3. Exploitation des fichiers sources

    Disposerez-vous des fichiers sources créés par le prestataire ?

    Pour réaliser votre site et ses contenus, le prestataire va, à l’aide de ses logiciels magiques, retoucher et assembler des images, qui deviendront donc des créations uniques, soumises au droit à la propriété intellectuelle. les fichiers sources vous seront ils remis, sans contrepartie financière ni limitation d’exploitation ?
    Il est important de définir vos droits sur ces images et fichiers sources.


  4. Qualité de l’application web

    Autre question très importante dans le cadre de sites dynamiques : quelle application votre prestataire va-t-il utiliser pour créer votre site et quelles en seront les conséquences sur l’exploitation, et la portabilité éventuelle vers un autre prestataire.
    Il est bon de savoir à quoi vous engage ce type de choix :

    • Les logiciels commerciaux (Dreamweaver, Golive,…)

      Ces applications, plutôt techniques, réserveront l’édition de votre site à des personnes expérimentées ; de plus elles produisent des sites de manière plus ou moins propriétaire : si l’on a pas le bon logiciel et les fichiers de configuration du projet (retour , éditer son site sera difficile voir impossible.

    • Les applications propriétaires des web agencies

      Mises à disposition par les agences web elle-mêmes, ces applications sont souvent très simples d’utilisation car pensées pour des utilisateurs non avertis. Malheureusement avec ces solutions, inutile d’imaginer pouvoir partir chez un autre prestataire avec son site « sous le bras » : étant donné que seule l’application de la société permet l’édition des pages, sans elle point de salut…

    • Les applications « libres de droit » (Joomla, WordPress, Typo3, Spip, Prestashop, Magento,…)

      Le libre de droit, on commence à connaître aujourd’hui : Linux, Open Office, Firefox,… Pour la création de sites Web, il existe aujourd’hui des solutions dites « Open source »  : Joomla, Typo3, WordPress,…
      Ces applications sont standardisées et bénéficient d’un large support de la communauté du libre, ce qui veut dire que si vous voulez « changer de crèmerie », tout bon prestataire internet pourra reprendre ce type de site, exactement à l’endroit même où son prédécesseur l’aura laissé.
      Attention bien-sûr à ce que votre prestataire ne se serve pas de l’effet d’appel « Vous ne risquez rien, c’est du libre ! » pour mettre en place un site basé une solution libre modifiée à sa sauce… Cela revient à partir sur une solution propriétaire.


  5. Coûts de maintenance

    Les différences de tarifs peuvent être notables concernant la maintenance

    Dans le domaine de l’Internet, pas mal de prestataires peut sérieux commencent à s’inspirer du modèle économique des vendeurs d’imprimantes ou de téléphonie : on se « gave » sur les accessoires.
    Sans vouloir entrer dans un débat éthique, il faudra donc bien prendre soin de vérifier les durées d’engagements et de comparer les devis sur la durée de leurs contrat.

    Coup de gueule !

    certaines web agencies peu scrupuleuses proposent aujourd’hui des abonnements pour vous faciliter le paiement. L’offre paraît pourtant séduisante : on vous propose de payer 40 à 120 € HT par mois (Ah oui, tout de même, NDLR) pour un site qui « sera au top », toujours mis à jour, bien référencé et qui vous amènera beaucoup de clients… Il y a même des officines peu scrupuleuses, qui vous OFFRENT LA CRÉATION DU SITE : Selon le commercial venu dans votre échope, il  « servira de vitrine pour démarcher les autres professionnels de la commune »… Ne vous y trompez pas : après avoir paraphé la demande d’information, feuille en trois exemplaires (!), vous voilà engagés sur 3, 4, voire 5 ans minimum, pour un site et un nom de domaine qui ne vous appartiendront JAMAIS !
    Cerise sur legâteau : si après la période d’engagement, vous arrêtez de payer, le site est coupé ! Quant aux tarifs : même à raison de 60 € HT par mois, sur 4 ans cela fait déjà près de 3000 €, pour une réalisation qui en vaut bien souvent à peine 1000 !
    Sans y prendre garde, vous avez en fait signé un Crédit :  d’ailleurs dès la signature,  ce n’est même pas l’agence web qui est responsable de votre site ! C’est la société de crédit qui en détient la propriété… Vous vous êtes déjà mesuré à un organisme de crédit en cas de litige ?
    Pour le prestataire, par contre tout va bien car lui se voit payer l’intégralité de la prestation à la livraison : autant vous dire que le site est vite fait… et souvent mal fait d’ailleurs : images et rédactionnels érronnés voire mensongers, faute de frappe et d’orthographe…


  6. Evolutivité du site

    Il sera bon (même si ce n’est pas primordial dans le cas de sites vitrines simples) de connaître les capacités d’évolution du site réalisé : pourra-t-on y ajouter facilement et à coût raisonnable  un système de blog, un système de newsletter, une galerie photo, un système de sondage, de partage sur les réseaux sociaux, d’interfaçage avec sa gestion commerciale et comptable,…
    La majorité des acteurs actuels proposent des sites auxquels on peut ajouter de nombreuses fonctionnalités sans avoir à « tout refaire ». Mais anticiper cette réflexion (normalement, c’est votre prestataire qui vous en parlera) peut parfois permettre quelques économies au moment voulu


  7. Référencement Internet

    Le référencement, ou la « course à l’échalote ».

    De nos jours, les clients n’ont plus que ce mot à la bouche : le référencement internet. Et les prestataires internet l’ont bien compris : faire un devis sans parler de référencement, c’est comme se tirer une balle dans le pied juste avant la course. D’ailleurs bien souvent, c’est sur ce poste que les commerciaux n’hésitent pas à dénigrer leur confrères : « Attention, eux, ils sont mauvais en référencement »: regardez, il suffit de taper « création de site internet valence », c’est nous les premiers… Une véritable course à l’échalote (voir définition ici), où tous les moyens sont bons pour remporter le contrat !

    Alors, face aux beaux parleurs, prenez du recul. Car il y a référencement et référencement.
    Pour mieux comprendre, faisons l’analogie avec une grande surface : ça n’est pas parce qu’un produit est bien référencé dans un supermarché qu’il sera plus acheté. Encore faut-il qu’il soit bien positionné : bon rayon, bon emplacement, meilleure visibilité par rapport à ses concurrents, … !
    Sur la toile c’est pareil, vous pouvez avoir 1000 pages référencées, si elles ne sortent au bon endroit au bon moment lors des recherches, cela ne sert à rien…

    En d’autres termes : à ceux qui vous parlent haut et fort d’optimisation de page, d’URL Rewriting et autres techniques SEO, demandez des garanties contractuelles de positionnement plutôt que de référencement… Là, ça va parler beaucoup moins fort :)

    Car le travail de référencement, outre qu’il n’est pas, mais alors pas du tout, une science exacte, est surtout un travail de tous les jours ; une remise en question quotidienne des acquis. On pourra rapidement compter les budgets en milliers d’euros par an, quand on veut des résultats probants sur des mots clé concurrentiels. Eh oui ! Le vrai référencement, ça coûte cher ! Attention donc aux grandes promesses sans obligation de résultat écrits !

    Rassurez-vous, il existe des solutions efficaces et pas chères pour référencer son site dans les moteurs de recherche sans y passer son budget… Contactez-nous, on vous donnera peut-être des tuyaux…

Voilà, nous espérons que cette lecture vous aura rendu un peu plus perspicaces.

En prenant en compte ces quelques questions lors de vos devis internet, vous vous éviterez pas mal de galères par la suite.

Bien sûr, nous nous tenons à votre disposition pour toute question, ou même pour un avis sur des devis.

NB : Évidemment, on pourra penser que les questions sont orientées, subjectives ; nous avons essayé d’être en accord avec notre philosophie éthique et de nous placer en lieu et place des intérêts du client. Après lecture, vous pourrez constater que nous ne prêchons pour aucune paroisse et que les conseils que nous donnons ne sont basés que sur le bon sens.

Dernières actus

Nous avons choisi…

Login